Camp de jour 911

12 Mai 2020 - N / C

Camp de jour 911

Le Camp de jour 9-1-1 se prépare

 

Si les autorités gouvernementales le permettent, le Club de natation des Bois -Francs (CNBF) et les policiers de la Sûreté du Québec reprendront, pour une quatrième année consécutive, le Camp de jour des services d’urgence 9-1-1, en collaboration avec la Ville de Victoriaville, ses pompiers ainsi que les ambulanciers d’Urgence Bois-Francs.

 

Ce camp, qui s’adresse aux jeunes de la 3e à la 6e année du primaire du territoire de la MRC d’Arthabaska, se déroulera du 10 au 14 août, du lundi au vendredi. En plus d’en apprendre davantage sur les services d’urgence, les jeunes inscrits au Camp 9-1-1 pourront, en après-midi, apprendre divers techniques de natation (crawl, brasse, dos et papillon) grâce aux précieux conseils des entraîneurs du CNBF, sous la supervision d’Emmy Désilets.

 

En matinée, la visite du poste de la Sûreté du Québec et du poste de pompiers Fernand-Giguère, ainsi que la découverte des véhicules d’urgence (autopatrouille, camion de pompier et ambulance) figurent notamment au programme, tout comme des cours de premiers soins dispensés par les paramédics et des cours de sécurité à vélo offerts par les cadets de la Sûreté du Québec.

 

Le Camp de jour des services d’urgence 9-1-1 peut accueillir un maximum de 30 participants et participantes. Ceux-ci doivent avoir un intérêt pour les services d’urgence et savoir nager un minimum de 15 mètres sans toucher le fond de la piscine.

 

 

Les participants doivent s’engager à être présents toute la semaine entre 8 h et 16 h. Le coût devrait être de 150 $ pour la semaine, mais pourrait varier selon les mesures mises en place. Les réponses doivent être acheminées, par courriel, au plus tard le 30 juin à l’adresse emmyswimming12@gmail.com ou vous pouvez contacter Emmy Désilets au 819 352-2594.

 

«Bien sûr, nous suivons la situation de près et nous prendrons connaissance des règles émises par la Santé publique spécifiquement pour les camps de jour. Si la tenue du camp est permise, l’ensemble des entraîneurs et moniteurs du camp s’y conformeront», a assuré Emmy Désilets.

 

Pour voir l’article intégral, consulter la Nouvelle Union.